Ancien Diplomate Tunisien Interroges Rached Ghanouchi A Propos les Droits des Homosexuels


Farhat Othman pose des questions au chef spirituel Rachid Ghannouchi concernant l’engagement de la nouvelle Tunisie  vis-à-vis des droits de l’homme et des LGBTs.

Un ancien diplomate tunisien a envoyé une lettre ouverte aujourd’hui (29 Février) à Rachid Ghannouchi, leader spirituel et un des fondateurs  du parti islamiste modéré Ennahda qui régit désormais la Tunisie post révolutionnaire.

Farhat Othman est un chercheur et auteur. Il était un diplomate de haut rang qui a été injustement écarté du cadre diplomatique en 1996 par l’administration de l’ancien régime de Ben Ali. Dans son lettre, il demande à Ghannouchi  de clarifier le sens dont roule la Tunisie à l’égard de la liberté de croyance, de l’expression, ainsi celles des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres.

Othman salua dans son lettre un livre de Ghannouchi intitulé  «à partir de l’expérience du Mouvement islamique en Tunisie », largement considérée aujourd’hui comme source d’inspiration idéologique du parti dominant Ennahda. Il a qualifié également le livre et le projet dedans de visionnaire, démocratique et transparent.

«Nous avons constamment défendu le droit des femmes et des hommes de choisir leur propre mode de vie, et nous sommes contre l’imposition du foulard au nom de l’islam» déclara Rachid Ghannouchi pendant une interview à Al Jazeera.

Néanmoins Othman insiste sur le fait que «des questions embarrassantes mais inévitables» doivent être abordés et clarifiés.

Dans son lettre, il demande si Ennahada soutient le droit à la liberté religieuse, y compris l’agnosticisme / athéisme sans être pénalisé pour blasphème dans la nouvelle Tunisie. Et il veut savoir s’il y aura la liberté de la foi et de l’égalité de toutes les religions devant la loi.

Il demande également si Ghannouchi et Ennahda accepte la liberté sexuelle en tant qu’un droit personnel de base sans que l’Etat ou la religion y interférera? Enfin, il demande dans son lettre si Ennahda enlèvera la législation condamnant l’homosexualité qui a été maintenu par le régime précédent?

On rappelle que ces questions viennent peu de temps après que ce premier revue gay  en Tunisie a été officiellement condamné sur une émission de télévision populaire par le ministre des droits humains et porte-parole officiel du gouvernement, Samir Dilou.

Le ministre a déclaré que «la liberté d’expression a des limites» et que l’homosexualité (perversion sexuelle selon lui) est une maladie mentale et non pas un droit humain. Ces propos viennent d’être critiqués par Amnesty International.

Les propos de Dilou contredit directement les assurances données par un des responsables d’Ennahda qu’elle respectera les droits des LGBT, même si ceux-ci ont été accueillis avec du scepticisme par certains de la communauté gaie de la Tunisie.

Maintenant Othman a exhorté le parti au pouvoir en Tunisie, afin de clarifier sa position une fois pour toutes -  Ennahda soutient-t-elle l’universalité des droits de l’homme et la liberté d’expression ou elle y oppose?

Article écrit en collaboration avec l’éditeur de Gay Star News

What do you think?..

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 195 other followers

%d bloggers like this: